20/09/2008

Le pouvoir de la porte noire


Le pouvoir de la porte noire

Il était une fois, au pays des mille
et une nuits, un roi très critiqué pour
ses actes de guerre. Une fois qu'il
avait fait prisonniers tous ses
ennemis, il les conviait dans une
grande salle.

Le roi criait :

- je vais vous donner une dernière
chance. Regardez tous à droite.

Tous tournaient la tête vers une rangée
de soldats armés d'arcs et de flèches,
prêts à leur tirer dessus.

- Maintenant, disait le roi, regardez
tous à gauche.

Dans cette direction, les prisonniers
pouvaient apercevoir une gigantesque
porte noire d'aspect dantesque
incrustée de crânes humains
sanguinolents, de mains décharnées, de
morceaux de cadavre en putréfaction.
Une porte d'aspect infernal... qui les
faisait frissonner d'horreur.

Le roi se positionnait au centre de
la salle

- Ecoutez moi tous. Que désirez-vous
le plus ? Mourir transpercés par les
flèches de mes archers ou bien tenter
votre chance et passer le seuil de la
porte noire ? Décidez-vous, je
respecterai le choix de votre libre
arbitre...

Tous les prisonniers adoptaient le
même comportement : au moment de se
décider, ils approchaient de la porte
géante, lui jetait un regard tourmenté
et se prononçaient en tremblant :

- Nous préférons mourir sous tes
Flèches !

Aucun d'entre eux n'osait ouvrir la
porte, imaginant quel insoutenable
destin il trouverait là derrière.

Mais un jour, la guerre fut terminée.
Et un soldat qui faisait partie
autrefois du peloton d'exécution des
archers, osa interroger le roi :

- Tu sais, grand roi, je me suis
toujours demandé ce qu'il y avait
derrière la porte noire.

Le roi répondit :

- Tu te souviens que je donnais le
choix aux prisonniers ? Ils pouvaient
pousser la porter ou opter pour une
mort certaine. Eh bien, toi, vas ouvrir
la porte noire !

Le soldat, frémissant, s'exécuta et
la porte tourna sur ses énormes gonds
grinçant. Un pur rayon soleil balaya le
sol dallé. Alors le soldat ouvrit la
porte en grand. La lumière inonda la
salle. Elle provenait d'un paysage
verdoyant. Le soldat vit un chemin
qui montait au milieu des arbres.
Et il comprit : ce chemin, c'était
celui de la liberté !

LUNE_014

Nous avons tous une porte noire dans
l'esprit. Pour les uns c'est la peur de
l'inconnu, pour les autres, un client
difficile, la frustration, la crainte du
ridicule, celle du risque, celle
d'être rejeté, d'innover, de changer...

Mais s'il est vrai qu'on peut perdre,
il est également vrai qu'on peut gagner
! Derrière la peur, se trouve le rayon
de soleil. Derrière le chaos apparent,
il y a peut être une nouvelle étape de
votre vie, plus heureuse, plus sereine.
Ne vous désespérez pas en temps de
crise... avancez sans peur. Décidez de
triompher !

"Le courage est la résistance à la
peur : la maîtresse et non l'absence de
la peur."

LUNE_013

01:59 Écrit par Pascal dans pensée | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : lune, conte |  Facebook |

Commentaires

woawwww quel texte ! Un texte que tu as bien choisis tout au départ je comprenait pas trop ce que voulais dire le début du texte avec tous ces archers et le chef là dedans qui me faisait remonter en arrière en pensant un peu le même genre de comportement des hommes qui obéissait sous l'ordre de Hilter ( excuse cela m'a fait penser d'abord à cela ) mais par la suite enfin la fin de l'histoire cela m'a fait méditer et ce sont des paroles tout à fait exact , faut-il maintenant les appliqués pour la plupart d'entre nous , dont moi en première d'ailleurs . je te fais de gros Bisous et te souhaite un très bon week-end

Écrit par : christiane | 20/09/2008

belle leçon de morale, tu pensais à qq ? hihi Bizz Marie

Écrit par : cheera marie | 20/09/2008

bonjour pascal bravo popur le choix du texte pascal
passe un excellent week-end
bisousss

Écrit par : nays | 20/09/2008

Très beau texte accompagné de superbes
photos.
Amitiés,Pierre.

Écrit par : Pierre | 21/09/2008

superbe texte Pascal Nous nous avons choisis d'ouvrir la porte de la liberté et celle de l'amitié!
gros bisous de nous deux à vous quatre

Écrit par : anne | 22/09/2008

Les commentaires sont fermés.