02/10/2008

rapace+leçon de vie

20092008paradisio 129

Il était une fois… un garçon qui naquit malade, d'une maladie qui n'avait pas de cure.

Il avait 17 ans et pouvait mourir à n'importe quel moment.

Il vivait toujours chez sa mère, sous l'oeil attentif de cette dernière. C'était dur et il décida de partir seul, seulement pour une fois. Il demanda la permission à sa mère qui la lui donna. En marchant dans son quartier il vit beaucoup de boutiques.

En passant devant un magasin de musique et en regardant la vitrine, il nota la présence d'une fille très tendre de son âge. Ce fut le coup de foudre.

Il ouvrit la porte et entra en ne regardant qu'elle. En s'approchant peu à peu, il arriva au comptoir où elle se trouvait. Elle le regarda et lui demanda en souriant:” Je peux t'aider? Il pensa que c'était le sourire le plus beau qu'il avait vu de toute sa vie. Il sentit le désir de l'embrasser en ce même instant. Il lui dit en bégayant: ” Oui, heeeuuu,…J'aimerais acheter un CD”. Sans réfléchir, il prit le premier qu'il vit et lui donna l'argent. ” Tu veux que je te l'emballe?” Demanda la fille en souriant de nouveau. Il répondit que oui, en bougeant la tête, et elle alla dans l'arrière-boutique pour revenir avec le paquet emballé et le lui remettre. Il le prit et sortit du magasin.

Il s'en alla à sa maison, et depuis ce jour, dorénavant, il alla au magasin tous les jours pour acheter un CD.

Elle les lui emballait toujours, pour qu'ensuite il les emporte à sa maison et les range dans son armoire. Il était trop timide pour l'inviter à sortir, et, même s'il essayait, il n'y arrivait pas…

Sa mère fut mise au courant de cela et tenta de l'encourager à s'aventurer, de sorte que le jour suivant il s'arma de courage et se dirigea au magasin. Comme tous les autres jours, il acheta une fois de plus un CD, et comme toujours, elle s'en alla derrière pour l'emballer. Elle prit donc le CD et pendant qu'elle l'emballait, il laissa rapidement son numéro de téléphone sur le comptoir et s'en alla en courant du Magasin.

Quelques temps après… le téléphone sonna…La mère du garçon répondit: “Allô?”, c'était la fille qui demandait pour son fils et la mère inconsolable, commença à pleurer pendant qu'elle disait: “Quoi, tu ne sais pas? Il est mort hier”. Il y eut un silence prolongé, excepté les lamentations de la mère.

Plus tard; la maman entra dans la chambre de son fils pour se rappeler de lui. Elle décida de commencer par regarder ses vêtements de sorte qu'elle ouvrit son armoire. Elle eut la surprise de se heurter à des montagnes de CD emballés.

Aucun n'était ouvert. Le fait de voir autant de CD la rendit curieuse et elle ne résista pas; elle prit un CD et s'assit sur le lit pour l'ouvrir; en faisant cela, un petit bout de papier tomba de la boîte de plastique.

La maman le rattrapa et le lut, il disait: ” Salut!!! T'es super mignon, tu veux sortir avec moi?”. TQM….Sofia.

Avec beaucoup d'émotion, la mère ouvrit un autre CD, encore d'autres et dans plusieurs se trouvaient des bouts de papier qui disaient la même chose….

Moralité: Ainsi est la vie, n'attend pas trop pour dire à quelqu'un de spécial ce que tu ressens. Dis le lui aujourd'hui. Demain c'est peut-être trop tard.

Ce message a été écrit pour faire réfléchir les gens; et ainsi, peu à peu, faire changer le monde. Donne un bisou à quelqu'un que tu aimes et ça fera de la magie. Avec de l'amour tout est possible.

Auteur inconnu.

01:21 Écrit par Pascal dans pensée | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

le texte est superbe Bonjour Pascal le texte même si il n'est pas de toi est très beau, c'est une des raisons pour te dire que tu as de l'importance dans ma vie ainsi que Laurence et tes enfants, tu une personne spécial et je vous aime pour cela. gros bisous Chana.

Écrit par : chana | 02/10/2008

... Superbe cette photo et très joli texte à faire réflaichir.
Amitié Ben

Écrit par : ben | 02/10/2008

Super. Cette histoire, elle donne à réfléchir à tout ce qu'on pourrait râter dans sa vie par timidité ou par manque de convictions.
Amitié.

Écrit par : Belge250 | 02/10/2008

Les commentaires sont fermés.